Un système efficace pour rédiger automatiquement un DMOS qualifié ?

5 juin 2020

Un client peut demander à un fabricant de rédiger un cahier de soudage présentant - notamment- les DMOS utilisé pour les assemblage. Or dans certains cas, les soudures à réaliser ne correspondent pas aux DMOS pré-existant ou au DMOS-P utilisé au-préalable pour valider la ou les QMOS détenue(s) par le fabricant. 

Avertissement : cet article a pour but de commenter et de d’écrire brièvement les notions liées à la problématique émise ci-dessus. Cet article ne se veut en aucun cas exhaustif et ne saurait se substituer aux services de conseil d’un expert en soudage ou d’un organisme de certification.

 

En d’autres termes, le fabricant doit rédiger un nouveau Domaine de Mode Opératoire de Soudage (DMOS) représentatif de l’assemblage afin d’être conforme à la demande du client. En effet, un ou plusieurs DMOS peuvent être rédigé(s) sur la base du Domaine de Validé (DV) d’une Qualification de Mode Opératoire de Soudage (QMOS) détenue par l’entreprise.

La mise en place d’un système de rédaction et d’archivage des DMOS est alors nécessaire dans un environnement pressé par des délais de production tendus.

 

Rappel sur les étapes de qualification d’un DMOS, sur le Domaine de Validité (DV) de la QMOS

La qualification d’un DMOS suppose la réalisation au préalable d’un coupon de qualification standardisé (selon EN ISO 15614-1) ou un assemblage de préproduction (selon EN ISO 15613) destiné à être contrôlé par un organisme tiers. Dans certains cas, d’autres normes standardisent la qualification d’un DMOS sans coupon, mais nous ne les couvrons pas ici par soucis de simplicité.

 

Ce contrôle donne lieu à une qualification d’un DMOS préliminaire (DMOS-P) sous forme d’une Qualification de Mode Opératoire de Soudage (QMOS) comportant un Domaine de Validité (DV). Ce dernier couvre une plage plus ou moins vaste sur la base Ø et d’épaisseurs (mais, cela peut être aussi les matériaux, les métaux d’apports et les autres paramètres).

 

DMOS domaine de mode opératoire de soudage rédigé avec l'application sirfull welding

image 1: DMOS rédigé en format EN ISO avec l’application SIRFULL welding

 

Rédiger le DMOS à partir du Domaine de Validité (DV) d’une QMOS

 

Ainsi, le coordinateur pourra rédiger un DMOS adapté à l’assemblage en se basant sur le Domaine de Validité d’une QMOS de référence. Le terme « référence » signifie que le DMOS est bien conforme au savoir-faire qualifié de l’entreprise et en mesure de répondre à un ou plusieurs assemblages.

 

référence QMOS sur papier sirfull welding

image 2 : n° de référence de QMOS

 

Par ailleurs, le domaine de validité de la QMOS donne la plage particulière dans laquelle le DMOS peut être rédigé (voir schéma 1). Au-delà, un nouveau DMOS et une nouvelle qualification sont alors nécessaires.

exemple domaine de validité qmos source weldingandndt.com

image 3 : exemple de représentation d’un DV établit sous le standard Américain ASME Boiler and Pressure Vessel Code 2019, section IX tableau QW 451.1. Source : weldingandndt.com

 

Dans cet exemple, le DV est représenté sous forme de tableau où le Coordinateur peut retrouver la plage d’épaisseur pour laquelle une procédure de soudage peut être qualifiée. Il peut ainsi  rédiger son DMOS dans le cadre de ce domaine.

 

Dans la pratique, cette tâche doit être mis en perspective avec les contraintes de temps rencontrées par le Coordinateur en Soudage en entreprise.

 

Problème de la rédaction du DMOS et les délais de production tendus

Le fabricant connait des délais de gestion d’affaire tendus, c’est à dire : produire rapidement après la commande, supposant alors moins de temps pour qualifier et préparer les assemblages. Cette contrainte pose une pression non négligeable sur l’interprétation du Domaine de validité (DV) et la rédaction du nouveau DMOS en cours de projet.

 

Cependant, l’élaboration du DMOS ne poserait pas de problème s’il n’était pas chronophage à rédiger.

 

En quoi la rédaction d’un DMOS peut-être fastidieuse ?

Les expériences de chacun peuvent varier dans l’élaboration du DMOS. Néanmoins, un DMOS se rédige par type de procédé, type d’assemblage, position, nuance, groupe, épaisseur etc. Une codification interne peut être également mis en place pour aider à harmoniser la bibliothèque de DMOS de l’entreprise (voir exemples et témoignages sur soudeurs.com).

 

En effet, la bibliothèque de DMOS s’étoffe au fil des commandes.

 

Les questions qui se poses alors sont :

 

    • Avec quels outils allez-vous rédiger vos DMOS : Excel pour interpréter les domaines validités et éditer les DMOS (ou peut-être Word pour la mise en page) ?
    • Comptez-vous systématique saisir vos DMOS manuellement, en sachant que beaucoup de champs du DMOS sont redondants (position, groupe, dénominations commerciales de métaux d’apport etc.) ?
    • Quel sera le mode d’archivage de référence des DMOS : papier et / ou dossier sur serveur local ? De quel manière cette base de données sera accessible et qui pourra l’utiliser et la mettre jour ? D’ailleurs, comment tracer les mises à jour, vérification et approbation de ces documents ?

 

Vous l’aurez compris : l’enjeux ici est de disposer d’un système efficace pour retrouver rapidement vos DMOS existants dans une base solide.

 

Quel système efficace pour rédiger rapidement un DMOS conforme au Domaine de Validité (DV) d’une QMOS ?

Un système bien rodé permet de simplifier la rédaction de vos DMOS, mais aussi valorisez votre savoir-faire et vous faire gagnez du temps dans la gestion document des procédures de soudage.

 

Comme vu précédent, ce système s’élabore dans le temps à l’aide de la cohabitation de divers outils. Cependant, il a un stade où vous n’irez pas aller plus vite et la réalité du terrain vous entraînera vers des erreurs documentaires, des retards ou la commande de QMOS « sous-optimisées » ou « superflus » (c’est à dire des QMOS réalisées sans essais préliminaires, en même temps que le débit de pièces en atelier).

 

Un système comme SIRFULL Welding, vous permet de rédiger rapidement et d’archiver en ligne des DMOS au format EN ISO ou ASME (voir vidéo 1)

 

 

 

La fonctionnalité présentée ci-dessus, vous montre comment la solution rédige automatiquement un DMOS initié à partir des informations d’une QMOS de référence. La sélection de la QMOS de référence par le système se fait à l’aide de la comparaison des Domaine de la Validité (DV) présents dans la bibliothèque et les paramètres de l’assemblage à réaliser.

 

Cette génération automatique des DMOS facilite grandement la remise au client du cahier de soudage ou des informations à vos soudeurs prêts à assembler.

 

Rattaché à un cahier de soudage ou rédigé individuellement (DMOS-P), vous pouvez éditer votre DMOS en anglais, français ou un allemand dans les formats standardisés EN ISO ou ASME.

 

Comment vous procurer SIRFULL Welding ?

SIRFULL Welding est une application disponible dans le cloud sans installation, c’est à dire rapidement déployable (moins d’une semaine pour toute commande sans personnalisations et paramétrages).

 

Etant éditeur, intégrateur et formateur de la solution, l’équipe SIRFULL vous accompagne en direct dans les étapes de votre projet (éventuelle personnalisation de l’application, déploiement, formation, accompagnement et support).

 

Pour en savoir plus et découvrir la solution en action, réservez votre démonstration dès maintenant

Suivez-nous
Inscrivez-vous à la newsletter
À propos de SIRFULL

Sirfull est un éditeur de logiciel empreint d’une grande culture industrielle et du savoir-faire français, qui développe des solutions permettant à ses clients d’anticiper les mutations de leur marché.

Lire plus